l’arnaque des énergies renouvelables

La transition énergétique est la nouvelle stratégie du capitalisme pour se recomposer en se donnant une bonne conduite. Elle s’accompagne d’un bouleversement radical des fondements de l’économie et de la société et justifie les politiques malthusiennes et eugénistes :

Nous n’avons aucun contrôle sur ceux qui détruisent véritablement l’environnement.

la totalitarisme vert

« une limitation des libertés au nom du changement climatique n’est pas liberticide». Manon Aubry

L’écologie 2.0 est une imposture qui considère que l’homme est mauvais mais que la nature est bonne..par conséquent, seule une dictature sera en mesure de sauvegarder la planète, l’homme devra s’effacer devant Gaia, la déesse terre ! Rappelons que ce sont les nazis qui firent voter les premières lois écologiques de protection des animaux en 1933 et une autres pour la protection de la nature en 1935 (Aujourd’hui, les verts veulent faire de l’arbre une personnalité juridique, ils votent comme un seul homme, les lois de bioethique qui autorisent l’euthanasie prénatale et toutes les dérives transhumanistes, ils veulent transformer les villes en campagne aseptisée tout en ayant que faire de la campagne !)

«  nous devrons […] apprendre de l’histoire des mouvements révolutionnaires – les nationaux-socialistes, les staliniens finlandais, les nombreuses étapes de la révolution russe, les méthodes des Brigades Rouges – et oublier nos égos narcissiques … nous devrons former une organisation très stricte et disciplinée avec une politique clairement définie et astreignante, et de préférence avec des signes extérieurs uniformes. [Le membre] doit apprendre à endurcir son cœur si nécessaire. Nous devrons apprendre à ignorer les intérêts mineurs au profit des intérêts supérieurs. Nous devrons apprendre à être craints et haïs. […] Le mot “ doux ” doit être effacé du vocabulaire des Verts une fois pour toutes. […] [Nous avons besoin] d’une élite stricte avec une forte figure de leader » deep ecology du Finlandais Pentti Linkola

Les verts ont pris d’assaut certaines mairies. Ils gouvernent par la coercition, la destruction et la punition. L’écologisme se présente comme un front anti populaire fasciné par la violence et le crime. C’est une idéologie totalitaire, affairiste, nihiliste et fanatique qui entend disqualifier tous ceux qui protègent la véritable écologie, ancrée dans le réel, celle qui s’intéresse avant tout à son prochain et tente de préserver son milieu d’origine ainsi que ses héritages…une écologie qui fait de l’homme le jardinier et le gardien de la terre, le veut prospérant et croissant, domptant les éléments par la maitrise de sa propre nature… s’élevant jusqu’à réussir à relier la terre au ciel !

Une vision radicale de l'écologie chrétienne : CONTRELITTÉRATURE

transition verte et pollution noire !

Bravo les verts !

Faute de vent régulier pour faire tourner les éoliennes par ailleurs très peu rentables, et en raison de la fermeture de 24 réacteurs nucléaires (sur 56 que compte la France), il faut de nouveau importer du charbon en particulier d’ Allemagne ! Notre dépendance énergétique s’accroit alors que la France avait réussi grâce à un programme industriel très novateur à avoir une production qui nous mettait à l’abri de tous ces aléas !

En plus d’avoir un bilan carbone désastreux, une facture énergétique qui flambe, il est possible que les français ne puissent pas se chauffer cet hiver !

le sens esthétique des écolo-bobo !

trouvé sur FB : « Les architectes des bâtiments de France peuvent te bloquer un chantier de rénovation pour une poignée de fenêtre qui est 3 millimètres trop grande ou trop petite, mais la Hidalgo et ses complices de Vol au dessus d’un nid de coucous, elle te fracasse l’esthétique de la magnifique avenue de l’Opéra, avec ses plots jaunes immondes, son marquage au sol tout aussi immonde, sans aucune concertation et sans être internée. Pour quelques vélos et trottinettes, putain de dictature, au secours ! rendez-nous Tibéri ! »

écologisme, cheval de Troie du progressisme

Plusieurs villes ont choisi aux dernières municipales des magistrats verts ! leurs politiques rouge ripolinées en vert, consistent en mesurettes punitives qui viennent souvent ajouter des obstacles à la vie quotidienne des travailleurs (pistes vertes, chicanes…), nouvelles taxes qui viennent ponctionner le porte monnaie du contribuable (taxe carbone, sur les plastiques, le ramassage des ordures, circulation..) et propagande idéologique, pro migrants, LGBT qui vient bouleverser les mœurs et saper notre modèle civilisationnel (ex gay pride, école non genrées…)

Autant de dérives gauchistes qui ne masquent plus ni la démagogie de la démarche, ni la vacuité du jeu de dupe démocratique mais représentent une réelle menace pour la stabilité sociale !

les khmers verts veulent dégenrer les cours d’école !

Au nom de la sacro sainte mixité et de l’idéologie du genre qui prétend que l’être humain n’est pas sexué de nature, la mairie de Grenoble, ripolinée en gauche verte, observe que

« Les cours d’école de nos enfants ressemblent à des parkings en bitume, brûlantes en été et trop réservées aux pratiques des garçons. La solution : débitumiser, dégenrer, végétaliser et potagiser ! ».

L’écologie politique se fourvoie en croyant qu’elle fera progresser la cause des femmes en réaménageant les espaces urbains et en faisant la promotion de l’écriture inclusive ou celle des prénoms ou des jouets asexués !

mais les médias de faire néanmoins la promotion de ce nouveau concept aussi ridicule qu’inepte pour que la « fenêtre d’overton » se déplace et que chacun, à force de répétition, soit convaincu du bien fondé de la supercherie !

pour mémoire : si les écoles sont devenues mixtes, ça n’était pas pour élever le niveau des élèves, car chacun peut constater que filles et garçons n’ont pas le même développement psychomoteur, mais bien pour faire des économies de locaux ! La mixité a de fait été, en terme de progrès scolaires, un échec pour l’un et l’autre sexe !

C’est notre nature profonde qu’il faut cultiver, non celle qui nous est imposée par le marché pour faire de nous des individus interchangeables, sans repères ni identité !