où sont passés les « verts »?

Les écolo sont étrangement muets sur le problème de la pollution des masques jetables; pourtant il y a matière à récriminer :

ces masques et lingettes sont la catastrophe absolue. Fabriqués à partir de polypropylène, ils vont occasionner une pollution sans précédent. « Le polypropylène n’est pas biodégradable dans la nature, ni compostable. Il va se dégrader par l’action des UV, l’oxydation dans un processus qui peut prendre des dizaines voire des centaines d’années. Mais sans qu’au final il ne soit biodégradé », dit un chercheur. Confirmation d’Étienne Grau, de l’université de Bordeaux : « Ce n’est pas le pire des polymères, mais on estime généralement que le polypropylène massif met environ 500 ans à se dégrader, avec les masques, comme il s’agit de couche fines, cela pourrait être légèrement plus rapide. »

L’écologie contemporaine est une défense de la nature à géométrie variable, elle ne doit en aucun cas remettre en cause les dogmes du marché !

« planète des humains »

Mickael Moore est de ces militants gauchistes que loue la bourgeoisie mondaine. Dans son dernier documentaire il s’en prend au conte de fées pour adultes de la transition écologique qui n’est rien d’autre qu’un réajustement du capitalisme… en effet, seul le catholicisme défend l’ordre naturel. Sorti de celui-ci, la nature érigée en déesse ne peut que nous conduire vers un nouveau paganisme dont on sait qu’il nécessite de nombreux sacrifiés…

l’écologie est définitivement une vertu de droite même si M Moore a le mérite de mettre les pieds dans le plat :

docu visible jusqu’au 22 mai

Journée de la Terre

Mercredi le pape François a consacré son audience au jour de la Terre !

Bergoglio le pape Vert, agent le plus en vue de l’ idéologie mondialiste (avec tous les groupes de pression qui gravitent derrière), adorateur de la déesse païenne Pachamama, a déclaré que la crise sanitaire était le résultat de nos péchés contre la terre !

C’est ce même Bergoglio, auteur de l’encyclique écolo-gaucho Laudato Si et de la supplique amazonienne panthéiste Querida Amazonia, qui préconisait d’inventer un 8e péché capital contre la terre et de prier pour notre conversion au capitalisme vert ! Il faut donc comprendre que ce prélat moderniste adhère à l’utopie libéralo-communiste d’un bonheur terrestre humain parfait et qu’il a endossé les oripeaux de l’écologisme malthusien et eugéniste qui caractérise notre époque !

Comment un catholique peut-il reconnaitre dans ce pape le vicaire du Christ, lui qui ne veut même plus en porter le titre et n’en assume plus la charge !

L’évêque de la Tradition, Mgr Lefebvre, disait déjà en juin 1978 :

« Je crois sincèrement que nous avons affaire à une contrefaçon de l’Église et non pas à l’Église catholique. Pourquoi ? Parce-ce qu’ils n’enseignent plus la foi catholique. Ils ne défendent plus la foi catholique. Non seulement ils n’enseignent plus la foi catholique et ne défendent plus la foi catholique, mais ils enseignent autre chose, ils entraînent l’Église dans autre chose que l’Église catholique. Ce n’est plus l’Église catholique. Ils sont assis sur le siège de leurs prédécesseurs, tous ces cardinaux qui sont dans les congrégations et tous ces secrétaires qui sont dans ces congrégations ou à la secrétairerie d’État ; ils sont bien assis là où étaient leurs prédécesseurs, mais ils ne continuent pas leurs prédécesseurs. Ils n’ont plus la même foi, ni la même doctrine, ni la même morale même que leurs prédécesseurs. Alors ce n’est plus possible. »

L’Église est une institution solide, même avec un pape hérétique à sa tête, elle sera encore debout à la fin des temps qui ne sauraient plus trop tarder…

Ausweis et écolo-gaucho.

pas de chasse au gaspi, pas de gestes verts pendant le confinement !

article 4 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : la liberté d’aller et venir est un droit fondamental !

Aux pays des francs, la parole d’honneur n’est plus de mise mais l’infantilisation et l’arbitraire, oui. Dans cette pandémie, c’est le seul pays au monde à avoir mis en place ce système d’attestations de déplacement dérogatoire, sur déclaration-papier pour autoriser les gens à mettre le nez dehors !

Un rapide calcul, sur une hypothèse de 50 millions de documents par jour édités au format A4, sur du papier standard de grammage 80g/mètre-carré, et donc, à raison de 5 g la feuille, cela fait 250 tonnes de papier par jour. Sachant qu’il faut en moyenne 17 arbres pour produire 1 tonne de papier, cela nous donne 4 250 arbres par jour, soit près de 30 000 arbres par semaine ! (soit, 6,24% du total des forets françaises).

Ajoutons toutes les connections internet induites par le télétravail, tous ces masques qui ne seront pas recyclés, tous ces transports ferroviaires pour transférer les malades à l’autre bout de la France, voilà de quoi mettre en émoi tous les khmers verts de l’écologie et pourtant, aucun n’est monté au créneau pour dénoncer le scandale environnemental !

Il faut dire que si l’on remonte aux heures de gloire du socialisme soviétique, maoïste ou trotskiste, il faut bien constater qu’en plus des millions de morts que cette folle idéologie a comptabilisé, on dénombre quantité de catastrophes écologiques : depuis l’assèchement de la mer d’Aral et toutes les maladies liées à son empoisonnement, en passant par l’extermination massives d’espèces jugées nuisibles par le Parti, au moyen d’aspersion de DDT et qui ont entrainé une famine monstrueuse, jusqu’aux délires soixantuitards sur la libration sexuelle et l’usage de contraceptifs qui ont contribué, outre à rendre malades les femmes, à une pollution massive des eaux, ces citoyens du monde écolo-bobo, tous adeptes de G Thunberg, qui mangent vegan, s’attaquent aux bouchers mais se gardent bien de dénoncer l’abattage Hallal, ont un sens tout particulier de l’écologie… celui qui convient parfaitement au marché !

français, vos papiers, flicage plutôt que dépistage (M Geoffroy)

le « pacte vert » de l’UE

Tandis que tous les projecteurs et les esprits sont braqués sur le coronavirus, la commission européenne, incapable d’apporter des réponses à la crise sanitaire poursuit son oeuvre de destruction des nations et d’affaissement de nos économies !

Un haut dirigeant syndical, Luc Triangle, qui n’est pas eurosceptique pour deux sous, dénonce le projet phare de la commission qui, afin de sauver la planète et prenant prétexte de chasser le CO2 (le slogan est vendeur), s’apprête à mettre sur le carreau 11 millions d’empois industriels directs et sans aucune perspective de reclassement et sans que les énergies dites vertes ne supplantent ces activités !

Selon lui, cette nouvelle déperdition aura un impact sur les migrations au sein de l’Europe (les pays les plus touchés verront leur population partir vers d’autres pays intra européens) et peut être également pousseront ces pays à sortir de l’UE !

La lutte anti-rechauffement a donc des répercutions sociales et économiques très graves mais s’il se trouvait qu’un méchant virus décime une partie de cette population, le problème pourrait être résolu !

Adapter la population, sa quantité et ses besoins, aux nouveaux enjeux économiques, c’est le B-A BA du système !

« le vert » se mord la queue !

Ils nous rebattent les oreilles avec le réchauffement climatique ! tous les bobos sont au chevet de la planète ! il nous faut du vert, consommer bio, manger moins de viande… homo ecologicus trie ses poubelles, le pape crée un 8e peché capital, Greta tance les grands de ce monde, les ado sermonnent leurs parents, le gogo qui roule au diesel et fume des clopes est prié de changer de voiture ou de se mettre à la trottinette, on ferme Fessemheim, le président pleure sur la fonte de la mer de glace ! faut plus rigoler !

Et voilà que pour un peu de neige en moins sur les pistes de ski cet hiver, au diable le bilan carbone ! dans les stations de sport d’hiver, on fait hélitreuiller 50 tonnes de poudreuse fraiche afin qu’homo festivus puisse jouir sans entrave, slalomer en toute quiétude, que la saison soit sauvée et que les vacances ne soient pas gâchées !

Ecologisme ou capitalisme, il faut choisir ! mais l’homme moderne est schizophrène, il ne sait plus choisir, il pense pouvoir racheter ses fautes en les saupoudrant d’un peu de vert !

La nature privatisée…

Les questions environnementales ont pris une place prépondérante dans les débats publics des démocraties libérales. Il s’agit en fait de promouvoir le capitalisme vert qui contraint les citoyens à faire des investissements colossaux pour se mettre aux normes et à payer plus cher leurs factures d’énergie, les états à faire de même quitte à délocaliser leurs productions dans des pays à faible cout de main-d’oeuvre, et la nature de devenir par le fait, un nouvel enjeu financier !

C’est ainsi qu’E Macron en visite à Chamonix, annonce des mesures pour protéger le massif du Mont Blanc, selon lui gravement menacé par le prétendu réchauffement climatique, le tourisme de masse, et les allées et venues des milliers de camions qui transitent par le tunnel afin que prospère le doux commerce ! ouvrir les frontières pour fluidifier le commerce et en même temps vouloir sauver la planète ! parmi ces mesures, l’idée de faire payer un ticket d’entrée pour accéder à certains espaces protégés comme c’est le cas dans quelques pays avant-gardistes !

Ainsi peu à peu, grâce à une propagande écologiste bien huilée mais totalement infondée dans l’énoncé des causes du problème, tout ce qui était gratuit devient payant et objet de spéculation ! Le marché est un ogre, il trouve toujours de nouvelles victimes à dévorer ! il s’est parfaitement adapté à la couleur verte ! et comme toujours, aux riches, les beautés naturelles, les produits de qualité, la liberté de se déplacer de par le monde, de se soigner, de s’augmenter…à la masse de gens sans moyens, le médiocre, le laid, le nocif, l’enfermement dans des espaces confinés…

Ce vert est un totalitarisme, il a tout, sauf la couleur de l’espérance, c’est la bonne conscience des adeptes du mondialisme !

« Croissez et dévorez-vous » dit l’anté Christ !

New-York, réunion du parti démocrate, 4 oct 2019 :

« Nous devons manger les bébés. Nous n’avons pas suffisamment de temps. Il y a trop de CO2. Ils polluent l’air. (…) Cesser d’avoir des bébés, n’est pas suffisant. Nous devons manger les bébés. »

Les malthusiens dont beaucoup sont membres actif du lobby écologiste et hauts gradés de loges maçonniques, nous expliquent depuis fort longtemps que nous serions trop nombreux sur terre…et ils ont déployé un tas de solutions pour restreindre la population mondiale ! (avortement de masse, grève des naissances, euthanasie, empoisonnements divers…)

La derniere en date, la plus radicale est prônée par une organisation internationale, voluntary extinction movement !

« la seule réaction morale contre le changement climatique est de se tuer. Il n’y a pas d’autre manière efficace pour réduire l’émanation de CO2 de nos propres pieds. Quand nous sommes morts, on utilise plus d’énergie, on n’utilise plus de carburant. »Roy Scranton

Comme toujours, Hollywood, bras culturel du nouvel ordre mondial, avait depuis bien longtemps préparé le terrain pour faire se déplacer la fenêtre d’Overtone et rendre acceptable l’impensable. Soleil vert, tourné en 1973, prend ainsi tournure. Dans ce film de science fiction qui se passe en 2022, l’euthanasie des vieillards et le suicide des plus jeunes qui est institutionnalisé, sont imposés pour lutter contre la surpopulation. Seule le Soleil vert, sorte de pastille fabriquée à partir de cadavres, parvient à nourrir une population réduite en état de pauvreté extrême. C’est l’industrialisation du cannibalisme.

Peu à peu s’éteignent tous les enseignements christiques, nous atteignons pas à pas le dernier degré du satanisme…celui où Chronos dévore ses propres enfants !

Le défi de demain n’est pas tant celui de la surpopulation que celui de la mise en œuvre de modèles sociaux respectueux de la nature profonde de l’homme et mettant en harmonie son intérêt personnel avec celui de la société….

Continent de feu, oiseaux de feu !

Dieu dans son infinie sagesse, a pourvu à tout.

Lorsqu’il créa Adam et Eve, il fit d’eux des rois et des reines, faits pour aimer. IL leur confia un royaume, un jardin luxuriant à faire fructifier. Il ne leur restait qu’à croitre et multiplier car dans ce jardin d’abondance, tout était parfaitement harmonieux, tout était à sa place, tout, du plus petit au plus grand des éléments, animé autant qu’ inanimé, avait une fonction précise… et il vit que cela était bon, rien à ajouter, rien à enlever !

Par exemple, en Australie, continent de tous les extrêmes, vivent des « rapaces de feu » qui propagent intentionnellement le feu en maniant des bâtons enflammés grâce à leurs serres et leurs becs !

Ces véritables allume-feux volants sont répartis en au moins trois espèces connues : le Milan noir (Milvus migrans), le Milan siffleur (Haliastur sphenurus) et le Faucon bérigora (Falco berigora).

Ces rapaces pyromanes se rassemblent par centaines le long de fronts de feu brûlants, où ils volent dans des feux actifs pour ramasser des bâtons brûlants, les transportant jusqu’à un kilomètre, dans des régions où les flammes ne se sont pas encore propagées. « L’intention imputée des rapaces est de propager le feu aux endroits non brûlés – par exemple, l’extrémité d’un cours d’eau, d’une route ou d’une brèche artificielle créée par les pompiers – pour chasser les proies par les flammes ou la fumée », expliquent les chercheurs.

« Ce n’est pas gratuit », a déclaré l’un des membres de l’équipe, l’ethnobiologiste et ornithologue australien Bob Gosford. « Il y a un but. Il y a une intention de dire, ok, nous sommes plusieurs centaines, et nous pouvons tous avoir un repas », a-t-il ajouté.

« J’ai vu un faucon ramasser un bâton fumant dans ses griffes et le déposer dans une nouvelle parcelle d’herbe sèche distante d’environ un kilomètre » « Puis, je l’ai vu attendre avec ses compagnons, l’exode fou de rongeurs et de reptiles brûlés et effrayés ». Phillip Waipuldanya Roberts.

Le but de la manoeuvre étant de diriger les proies vers eux par un mur de flammes, et de leur fournir quantité d’animaux apeurés et fuyants à se mettre sous le bec !

Les peuples autochtones ont toujours su le comportement de ces rapaces et c’est sans doute en les observant que leur vint la pratique du brulis qui leur permis de contenir les incendies et aussi de rabattre des proies !

Mais Adam ne se satisfit pas de cette situation, il voulut plus ! Tenté par le serpent, il rejeta sa nature, refusa d’obeir à la loi naturelle, abandonna sa pioche, se déracina pour se faire nomade et entrepris de coloniser le monde avec de nouvelles règles, celles du marché. Ce faisant, il a tout deplacé, tout modifié, tout dissocié, tout libéralisé ! Il a rompu le pacte qui l’unissait à son créateur, pacte lui prescrivant de jardiner la nature, à commencer par la sienne !

Aussi, en Australie où il s’est installé quand bien même son teint de peau n’était pas fait pour ces climats (qu’importe, on soignera son cancer à grands renforts de composants chimiques), il a importé des animaux tout aussi inadaptés et invasifs que lui (lièvres, dromadaires, lapins, chèvres, renards, ânes) et qui ont tout ravagé. Il n’a pas écouté les enseignements des populations autochtones qui, de traditions ancestrales en savaient long sur l’équilibre des eco-systèmes, pire, il les a, en de nombreuses contrées, éliminées … bref, il n’en a fait qu’à sa tête, et d’aberrations en aberrations, de dérèglements en dérèglements, de vaines tentatives de colmatage de ses fautes (à l’abri des cameras, on abat en masse les dromadaires australiens) par des fautes toujours plus graves, on en arrive à voir bruler un continent tout entier…. et se cacher derrière son petit doigt en invoquant le fumeux réchauffement climatique pour ne pas avoir à faire son examen de conscience et encore moins remettre en cause les lois du marché !

admettre que c’est parce qu’on a oublié les enseignements divins qui le ciel nous tombe sur la tète !

(NB : si on peut accuser les Milans de propager le feu, les principaux incendiaires restent bête et bien les humains, d’ailleurs majoritairement munis d’un Coran !)