« l’appel au soldat » (Maurice Barrès 1862/1923)

Si Barrès n’avait pas existé nous ne serions pas les mêmes L Blum

parution en 1900, les dernières moments de la France qu’on aime !

Tome 2 d’une trilogie, chef d’oeuvre de la littérature française ! ce roman évoque l’affaire Boulanger qui fit vaciller la république à la fin du XIXe s.

Maurice Barrès : Lorrain d’origine, chef de file du nationalisme français, académicien, engagé politiquement, très attaché à ses racines (cette terre a produit une famille. Tous les miens y puisèrent par leurs racines. Et mon âme s’est faite de leurs âmes additionnées, de la nature du sol et des circonstances de l’histoire), aux régionalismes, et ardent défenseur du nationalisme compris dans le sens de l’ honneur de l’acceptation ce que nous sommes, l’amour des siens avant l’amour des autres ! (en opposition à la morale kantienne de l’individualisme et de l’internationalisme contemporain autrement appelé, gauchisme).

qu’est-ce-que le boulangisme ? : ce fut une épopée que la République égolâtre retiendra comme une crise ! le soufflet est vite retombé mais il leva les foules, un peu comme le mouvement des GJ aujourd’hui ! ces « crises » rendent compte l’une et l’autre, de ce qui arrive immanquablement dans un système démocratique électif basé sur l’art de plaire, donc l’art de tromper !

qui est le général Boulanger ? : un ministre de la guerre de 1886-87, ni de droite, ni de gauche, qui devint une énorme vedette politique de la III e Rep. Il prit des mesures provocatrices à l’encontre de l’Allemagne ! Il éclipsa par sa popularité toute une classe politique corrompue, ce pourquoi on le muta loin de Paris avant que de vouloir l’éliminer !

Autour de lui, des gens aux aspirations très différentes dont beaucoup de membres de l’ancien noblesse qui le mirent en scène. Ses déclarations tonitruantes marquèrent l’assemblée et lui valurent de nombreuses ovations (nos hommes politiques d’aujourd’hui sont hués lorsqu’ils sortent en public) ! Il remporta de nombreuses élections sans même s’y être présenté ! Aux élections législatives de 89, il rafle la mise, ce qui lui laisse un boulevard pour marcher sur l’Elysée. Mais, par honneur militaire ?, il refuse le coup d’état ce qui ébranle sa popularité (minuit 5, messieurs, depuis 5 min le boulangisme est en baisse), annonce sa déroute puis son suicide sur la tombe de sa maitresse. Ce mot qu’il laissa explique sans doute mieux son renoncement que sa prétendue faiblesse politique entretenue par un mythe républicain à charge : comment ai- je bien pu vivre 2 mois et demi sans toi ?! à moins que… Boulanger étant homme à échapper à tout contrôle, le système pour se maintenir, n’eut d’autres solutions que de le liquider…

Aujourd’hui la politique est routinière, c’est un ron-ron sans intérêt… on attend un général Boulanger qui lui rende son panache et un Maurice Barrès pour nous conter son épopée !

(clin d’oeil à L 13 !)

« comment les catholiques ont bâti une civilisation » (W Slattery)

On juge l’arbre à ses fruits

Riches de cette science tirée de l’Evangile, gardiens secrets de l’humanité, promoteurs de la vérité chrétienne, les moines et les prêtres, l’Eglise, ont construit en occident une civilisation nouvelle, ont mis en valeur les lieux les plus inhospitaliers, ont conservé les ouvrages précieux du passé, édifié ce blanc manteau d églises qui continue de nous émerveiller. Ils ont inspiré le génie des bâtisseurs, inventé la musique, propagé l’éducation pour tous, soigné, élevé les âmes et sans oublier de diffuser dans tout l’occident cet art inédit de l’amour !

Ces pionniers qui ont souvent offert leur vie pour protéger le troupeau, ont également mis fin à l’esclavage, aux infanticides, donné toute leur dignité aux femmes, inventé le capitalisme et la libre entreprise, offert au monde tant de saints, de grands d’hommes et de génies, nulle part égalés.

allant de hauteur en hauteur, changeant la vallée de la soif en source (ps 83 7_8) ils ont fait naitre une culture fertile et verdoyante dont nous sommes les heureux héritiers !

commander l’ouvrage

« L’Église, qui par elle-même et de sa nature, s’occupe du salut des âmes et du bonheur céleste à acquérir, offre néanmoins, dans l’ordre des choses temporelles, tant et de si grands avantages, qu’elle ne pourrait en procurer de plus nombreux ni de plus importants, si elle avait été spécialement et principalement instituée pour assurer le bonheur de la vie que nous menons sur la terre. » Leon XIII

Le catholicisme reculant, c’est toute la civilisation qui recule et les français qui perdent leur identité !

« Cette France qu’on oublie d’aimer » (A Makine)

Andreï Makine
« Je n’écrirais pas ce livre si je ne croyais pas profondément à la vitalité de la France, à son avenir »

Russe de sang et français de coeur, Immortel, Andreï Makine s’est approprié l’histoire de notre pays. Sa fine plume retrace les contours de cette France qui fascine, ses coutumes, ses personnalités, ses contradictions ; et sa langue, ses mots, ses expressions, ici maniés avec une parfaite élégance. À cette France superbe et féconde qu’il aime profondément, il rend un vibrant hommage.

commander

sur les pseudo fautes impardonnables de l’Eglise catholique

Depuis 200 ans, de nombreuses raisons de détester l’Eglise ont été mises en avant par les historiens du pouvoir républicain. Il est temps de revisiter notre histoire afin de nous rendre compte des très nombreuses accusations portées faussement à son endroit et de redécouvrir l’extraordinaire richesse de Notre Eglise !… et de lui rendre hommage aussi pour tous les bienfaits qu’elle nous a apporté.

Ecrivain et journaliste français, auteurs de nombreux essais historiques
du même auteur : « quand les catholiques étaient hors la loi »

Voir aussi les travaux de l’historienne Marion Sigaut qui révise l’histoire pour rétablir la vérité

des démentis sur la chasse aux sorcières et l’Inquisition

Vous êtes un Français… vous êtes l’héritier d’une longue lignée d’hommes et de femmes qui pendant des siècles ont été catholiques. Vous vous mouvez, vous respirez dans une société imprégnée des moeurs catholiques. La langue que vous parlez, dans laquelle vous pensez, est catholique.

Le catholicisme est en vous. Vous ne pouvez pas être en accord avec le plus intime des vous-mêmes si vous n’êtes pas catholiques. Cet accord, vous l’avez passionnément désiré depuis que vous pensez, à votre insu, comme un liquide désire son niveau et oscille jusqu’à ce qu’il l’ait trouvé.

L’âme que nous a faite l’église ne nous est pas étrangère… entrez dans une église et vous serez étonné de ce que découvrirez en vous que vous n’y voyiez pas. Vous éprouverez ce jour-la, que se connaitre soi même comme le conseillait la sagesse antique, c’est simplement se connaitre.

Ce qui vous est extérieur en ce moment est votre vraie personne. Mais Dieu la veut et il l’aura. Vous avez ces deux vertus qui marquent les âmes qu’il s’est choisies : l’humilité et la bonne volonté. Il vous poursuivra jusqu’à ce qu’il vous ait conquis…

P Bourget (l’étape)