Véronique Lévy (un Nuremberg contre l’avortement)

Extraits de la supplique au Créateur de V Lévy contre les acteurs des infanticides :

Je supplie le Créateur : J’appelle un Nuremberg éternel où seront jugés ceux qui ont légalisé tous les attentats contre l’Espèce humaine car contre DIEU.

Qui rendra la vie aux 10 millions d’enfants exterminés dans le sein de leur mère, congelés, disséqués ou fabriqués ex utéro pour alimenter l’industrie des lobbies de la technoscience ? Qui rendra la vue, les oreilles à ces coeurs de pierre qui légiférèrent, légalisèrent ce génocide aux larmes interdites ? En facilitent désormais l’accès et les modalités ? Suppriment la liberté de conscience des soignants, le délai de réflexion des mineures et allongent le délai légal d’aspiration foetale à 14 semaines ?

J’aimerais déchirer de mes larmes le coeur partagé de ceux qui se disent catholiques et qui ne le sont pas, eux qui servent le monde avant Dieu. Ils se sont soumis au nouvel ordre de l’esclavage mondial de l’Homme par une minorité à la solde de la bête ! Incendions les SECOS ! Libérons les minuscules ! Empêchons l’abomination en marche, l’industrialisation de l’homme fabriqué en série et arraché à l’Image adorable de son Créateur.

Je vomis avec Lui les hypocrites, la tiédeur d’un silence qui confond douceur évangélique et collaboration !

Arrachons nos masques ! Qui est l’envahisseur ? L’envahisseur n’est pas qui vous croyez. Le jour où vous direz non à ceux qui veulent faire du peuple de sujets libres, une masse informe et uniforme, corvéable à merci dès sa conception, vous serez des hommes. C’est là que s’insinue l’envahisseur, c’est là, dans le lieu saint de la conception humaine.

Les envahisseurs, je vous assure, ce sont ceux qui séquencent nos génomes pour nous contrôler, ceux qui programment les embryons à vivre ou à éliminer; ceux qui fabriquent déjà des gamètes artificielles, des “organoïdes”, des “modèles embryonnaires” qu’ils démembrent ou vendent au plus offrant en pièces détachées de nerfs, d’organes, de coeur arrachés à leur petit être encore palpitant, pour satisfaire le commerce implicite du don d’organes ou des lobbies pharmaceutiques. Et que dire des chimères, cellules humaines implantées dans des ovocytes de porc ou de singes! Ce n’est pas une fiction mesdames et messieurs. C’est le programme de déshumanisation en marche qui bientôt condamnera vos libertés.

L’Espèce humaine est menacée par ces rapaces: “là où il y a le corps, là s’assemblent les vautours “avait annoncé le Seigneur.

La biennale d'art contemporain de Menton s'affiche contre l'IVG. - ADN

4 bonnes raisons de s’opposer au « traking »

  1. Les buts inavoués : surveiller nos déplacements, enregistrer nos données, nos contacts, nos rencontres. Une atteinte à nos libertés individuelles les plus élémentaires.
  2. La marchandisation de toutes ces données que la loi légalisera. Un marché extraordinairement juteux qui s’appuie sur les « intelligences » artificielles. Il s’agira pour cela de nous rendre dépendants de ces outils afin que de grandes multinationales exploitent nos informations.
  3. Les errements du gouvernement et l’enthousiasme qu’il place dans ces technologies doit nous alerter sur ses intentions. On ne peut pas croire que les données seront efficacement sécurisées par des gens qui ont géré cette crise de manière aussi cavalière ! Quand à la dite CNIL, il suffit de voir qui la finance pour comprendre que le salut ne passera pas par elle !
  4. Le dessein manifestement totalitaire de la manœuvre. Il ne doit pas nous échapper les similitudes avec les régimes les plus durs qui ont tous voulu contrôler les populations avec les moyens de l’époque. La nôtre disposant de moyens décuplés, la surveillance n’en sera que plus totale !

L’heure est donc à la vigilance et à la résistance. On peut déjà envisager de se débarrasser de nos téléphones Bluetooth et se faire les plus discrets possibles dans nos échanges d’informations et nos recherches (éviter les plateformes où sévit la censure…)

10 applications gratuites pour suivre un emplacement de téléphone ...