l’apôtre des lépreux (Molokai)

A l’heure où nombreux sont ceux qui tremblent devant un invisible ennemi craignant pour leur vie, le film Molokai relate l’histoire de ce prêtre Damien, qui sacrifia sa vie pour secourir les hawaïens touchés par la lèpre !

Le film relate la partie la plus édifiante de sa vie qui se déroule de son arrivée sur l’île de Molokai jusqu’à sa mort 16 ans plus tard à l’âge de 49 ans de la maladie qu’il s’est efforcé de soulager en s’occupant des lépreux abandonnés. Premier parmi quatre membres de la congrégation à s’être proposé pour venir en aide aux lépreux relégués sur l’île, ce qu’il découvre là-bas est plus qu’inattendu pour lui. Il s’est rapidement rendu compte qu’il était condamné. Sa première prière dans la chapelle en ruine lorsqu’il débarque sur l’île est celle d’un homme qui s’abandonne à Dieu en toute conscience de ce qui l’attend : « Seigneur, tu es mort à 33 ans, ma vie commence à 33 ans…J’implore ta protection ».

Sa charité pour les lépreux fait l’admiration de tous, même celle d’un médecin agnostique qui ne parviendra pas à demeurer sur l’île à ses côtés, et celles des protestants qui sont nombreux à Molokai.

Béatifié par le pape Jean-Paul II le 4 juin 1995, le Père Damien est canonisé le 11 octobre 2009 par le pape Benoit XVI et devient le patron spirituel des lépreux.

« De Gaulle »(G. le Bomin)

De Gaulle par-ci, de Gaulle par-là, il n’y en a que pour lui. Tout le système de droite comme de gauche est tombé en pâmoison devant le personnage à tel point que ça en devient suspect !

et en effet, lorsque l’on remue un peu les pages de l’histoire, on découvre vite la face sombre du « général » : 1iere GM (loin des lignes), 1940 (il fuit), 45 (il évince Pétain, fait entrer l’ogre US dans la bergerie), épuration (alliance coco), 1958 (coup d’état), guerre l’Algérie (trahison), mai 68 (dépassé)… ce heros que nous présente la bien-pensance fut la création de quelques historiens souvent anti-nationaux !

De Gaulle, l’homme qui de son propre aveu, a fait tuer le plus de français par des français ! De Gaulle, l‘homme providentiel qui a dirigé la résistance derrière un micro parce que, déçu de ne pas avoir été retenu dans le nouveau gouvernement de Pétain, préféra fuir la France et ne dut sa gloire qu’à un juif patriote, qui refusant de quitter le pays en guerre, lui céda sa place dans l’avion !

Le film tout juste sorti sur les écran, est à tout à sa gloire. Le gaullisme, épuré de ce qu’il pouvait parfois avoir de politiquement incorrect (ce petit peuple, sûr de lui et dominateur ; les français ce peuple chrétien de race blanche ; j’aimerais qu’il naisse plus de bébés en France et qu’il vienne moins d’immigrés...) est tendance !

Roger Holeindre, l’imposture du Gaullisme

contre histoire de De Gaulle (A Abauzit)

De Gaulle traitre intégral

Ils se réclament tous du gaullisme, imposteur en chef (Rivarol)

ça clash aux Césars.

La soirée promotionnelle de l’idéologie cosmopolite tire sa révérence, elle laisse un gout amer !

Notre cinéma subventionné pour cause d‘exception culturelle est tombé bien bas ! la cérémonie sentait la fin de règne, discours plats, corporatistes, loufoques, et cerise sur le gâteau, racistes ! c’est le Whitebashing !

Il n’y aurait pas assez de noirs dans le cinéma français, de représentants de la diversité, et quid des O Sy (qui joue pourtant les Arsene Lupin et les dr. Knock !), les N Naceri, les J Debouzze, les K Merhad…

Les bobos du cinema se prosternent. Nos agents de la tolérance, du vivre ensemble, du droit de l’hommisme, qui vivent confortablement à l’étranger et ont le plus souvent des compte en Suisse priment des films de circonstance, attribuent des récompenses moutonnières, Parasite et les Misérables (4 Césars). Ladj LY le réalisateur condamné pour faits graves (violence, séquestration, insultes…) reçoit quatre César pour sa caricature des banlieues, ces enclaves ethniques, dans des Misérables tandis que Polanski est ejecté des plateaux !

La mainmise de Canal+, sur le cinéma français, a formaté tous les genres, et particulièrement le drame et la comédie. Les drames se sont réduits à des histoires de cul de la bourgeoisie parisienne, les films comiques à des sketches à rallonge sur ces pauvres crétins de Français. C’est ça, le fond idéologique du cinéma dit français : le racisme social anti-Français, anti-pauvres et anti-Blancs.

Toutes les contradictions de notre époque se révèlent au grand jour, on n’est pas loin du grand dévoilement ! Nous boirons le calice jusqu’à la lie !

comment faire passer le français pour un crétin de service (le sens de la fête) :

ONLI hebdo : le culturo-mondain au bout du rouleau : https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=AelbtLB8nSE&feature=emb_logo

« la fille au bracelet » (S. Demoustier)

Lise est une jeune fille impassible qui incarne le nihilisme de la jeunesse actuelle. Elle est accusée d’avoir tué sa meilleure amie. Elle s’apprête à affronter la cour d’ Assises. Personne ne semble la connaitre intimement et au fil des audiences, on découvre les frasques d’une ado nourrie au porno et aux réseaux sociaux comme le sont hélas beaucoup trop de jeunes aujourd’hui sans que l’état n’élabore le moindre plan de prévention. Lise ne réalise pas la gravité de ce qu’elle a fait parce qu’elle confond le reel et le virtuel. Comme B Griveaux, elle filme ses ébats et multiples les expériences permissives, raffole des sextos, s’alcoolise pour se désinhiber… se noie parce qu’elle est sans repères.

Ses parents font partie de cette génération du « cool », post soixanhuitarde, qui n’ont pas su inculquer à leurs enfants les vertus qui élèvent l’homme, les protéger de tous les pièges que leur tend la société techniciste, hédoniste et hyper-sexualisée dans laquelle nous baignons !

Un film qui raconte avec justesse et sensibilité les dérives dans lesquelles s’enfonce inexorablement notre société qui a perdu le sens profond de l’amour !

On décrète des années pour la lutte contre le cancer mais ce cancer du porno qui ronge les âmes a pignon sur rue et métastase tout le corps social !

Association stop au porno : https://www.stopauporno.fr

cinéma et mondialisme

Il ne fait plus de doute que le cinéma moderne est un outil de propagande idéologique ! Les Oscars et les Césars, qui n’ont plus grand succès public, sont la quintessence de cette soumission au nouvel ordre mondial : la souffrance des minorités, la cause féministe, l’écologisme, le misérabilisme, le jeunisme…sont les thèmes de prédilection d’un art qui a perdu toute son indépendance, tout son génie et toute sa probité ! politique, showbiz et amoralité ont des affinités avérées.

Cette année, le film coréen Parasite rafle quatre Oscars et on jubile à la grande victoire de la diversité sur la blanchitude !

les délires hallucinants du Monde bien-pensant !… le virus de la connerie, il s’attrape où ?

Le blanc n’est décidément plus en couleur de sainteté !

« que Dieu m’y garde »

2020 sera l’année de la commémoration du centenaire de sa canonisation !

Jeanne d’Arc est le personnage historique le plus consensuel de toute l’histoire de France, une figure de la résistance qui ne s’est jamais trompée d’ennemi principal !

Jeanne est un le plus grand miracle que Dieu ait donné à notre pays, reprise comme étendard par le droite aussi bien que la gauche, par Aragon comme par Brasillach, par Michelet comme par Maurras. Au sommet du panthéon des saints laïcs, elle est la plus grande sainte de France et du monde, reine secondaire de France par le miracle de la triple donation !

En ces temps de soumission, Jeanne nous rappelle qu’il n’ y a « grande pitié » au royaume de France que pour ceux qui se sont résignés à déposer les armes en s’inclinant devant les puissants du jour.

P Buisson réalise un premier film sur le procès de la pucelle. Et il y avait matière !

La langue de Jeanne est une véritable cathédrale de mots, un chef d’oeuvre littéraire, des paroles inspirées. Elle est le verbe lumineux et transparent habité par la grâce !

La langue de Jeanne réalise, en effet, la plus parfaite alliance du naturel et du surnaturel. Personne mieux qu’elle n’aura parlé la langue forte et doulce de Joinville. Personne n’a plus naturellement parlé que Jeanne ce que Laforgue appelait du Français de Christ.

Ce procès qui méritait bien un film, est un chef d’oeuvre de surnaturel et de bon sens dont les vertus peuvent encore féconder la résistance française !

le procès de Jeanne par R Brassillach : https://www.youtube.com/watch?v=gOzlRiLftzE

Polansky aux César !

Le réalisateur R. Polansky 12 fois accusé de viol, condamné par la justice américaine, 12 fois nommé aux César ! les talents sont récompensés !

IL faut dire qu’en matière de justice dans notre pays, Robert Badinter, qui sauva la tête de l’assassin d’enfants, Patrick Henry, est toujours porté au pinacle par le tout le Système comme une absolue référence en matière de droits de l’homme ….

sur la peine de mort : https://enlandegrace.com/2019/12/04/tu-ne-tueras-pas/