3/1/2020, Paris, premiers égorgements…

dar al-harb (terre de la guerre) ; dar al-islam (terre d’Islam)

Au cri de Allah Akbar, vêtu d’une djellaba, portant une barbe, ayant sur lui des « élements de religion » (les évangiles sans doute ?!) comme ils disent dans un langage politiquement correct, un homme armé d’un couteau, a poignardé des passants en pleine rue dans le quartier de Villejuif…

Islam, religion de paix et d’amour selon le pape François et notre inénarrable Castaner ? et les media qui comme à l’habitude, y vont de leur version édulcorée, c’est un déséquilibré, et aucune mention de son appartenance religieuse :

et Mahomet est son prophète…

Islam et guerre sainte

« Combattez-les à mort jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’Église et que la religion soit seulement l’islam ! (Coran 2.193 ; 9.33) ».

«  la population d’Afrique du Nord restera ignorante, éloignée de nous, fermement mahométane, portée à la haine et au mépris des Français par sa religion »….« Des musulmans peuvent-ils être vraiment Français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non.« Si nous n’avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. »« Le seul moyen qu’ils deviennent Français est qu’ils deviennent chrétiens. »

ch De Foucauld, bienheureux père du désert, lettre à René Bazin

Où sont les croisés qui au péril de leur vie mais pour l’honneur de la chevalerie protégeaient la France des menaces qui la guettaient !?

Partie de jambes en l'air chez LREM !

On savait que la politique est un jeu de péripatéticiennes, désormais la chose est assumée !

De son coté, la candidate du Val d’Oise, qui affirme avoir de l’humour, semble néanmoins surprise par le « buzz » occasionné par son slogan…ne prend-elle pas plutôt là, la coquine, une grande longueur d’avance sur ses adversaires !?

Macron battra-t-il en retraite ?

… rien n’est moins sûr ! Jupiter reste droit dans ses bottes !
L’augmentation de la précarité sous l’ère Macron

« j’avais faim et vous ne m’avez pas donné à manger, j’étais malade et vous ne m’avez pas soigné, je n’avais pas de toit et vous m’avez laissé dehors, j’avais un travail, vous avez fait de moi un précaire…«