le signe de la bête !

et que personne ne put acheter ni vendre sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.. que celui qui a l’intelligence calcule le nombre de la bête car c’est un nombre d’homme et son nombre est 666 ! Apocalypse

Il parait que le président Trump vient de renationaliser la FED…

« le virus de la quarantaine »

Vous l’avez tous entendu, il y a actuellement un virus très contagieux qui sévit en ce moment. Il convient de le combattre ardemment et collectivement, de prendre sérieusement les moyens d’endiguer sa propagation, car nul ne peut prétendre être immunisé. Il s’appelle le péché.

Il importe d’identifier sérieusement les principaux agents contaminants que sont l’orgueil, la colère et la paresse, la luxure et la gourmandise, l’avarice et l’envie… ainsi que les principaux symptômes qui se manifestent dans la tristesse et la peur, qui peuvent conduire à la mort.

Il est recommandé de ne pas s’exposer aux foyers à risques que sont les lieux où circulent la médisance et la défiance, l’indifférence et l’autosuffisance, l’égo-centrisme ou le repli sur soi.

Pour le combattre, évitez d’être contaminé et en limiter les effets, l’Eglise propose une quarantaine véritable. Chacun est engagé à s’appliquer quotidiennement le triple traitement de la prière, du partage et de la pénitence.

Ce traitement, que l’on appelle carême ne peut trouver d’efficacité que dans une posologie régulière et une attention de chaque jour.

Attention : ce remède reste impuissant face à ceux qui pensent qu’ ils guériront tout seuls ou qu’ils ne seront jamais atteints.

On évitera aussi de s’exposer exagérément aux réseaux sociaux et aux chaînes d’info continue ainsi que de rester isolé. Ne laisser personne face à ce fléau. Le traitement de la prière trouvera d’ailleurs son efficacité fortement augmentée quand cette prière sera commune.

Vous trouverez des points de désinfection où est proposé le sacrement du Pardon.

Le magistère de la sainteté annonce une sortie de quarantaine prévue pour Pâques.

Don Grégoire-Marie, curé (lu chez terre et famille)

le chapelet, un bouclier de protection !

La vie chrétienne se sont des conversations qu’on peut avoir avec Dieu par la prière et qui font grandir l’amour qu’on a pour Lui. En cela, le rosaire est une arme de poche (Padre PIo) qui lie le coeur, l’imagination, l’intelligence et qui décuple nos forces.

Marie, la mère de tous les vivants, nous a souvent demandé lors de ses nombreuses apparitions, de prier le Rosaire afin de pouvoir intercéder et de porter au ciel nos espérances !

Marie est la nouvelle Eve qui résiste à Lucifer !

« Celui qui se confie en moi par le Rosaire, ne périra pas »,

« Ceux qui propageront mon Rosaire seront secourus par moi dans toutes leurs nécessités«  Paroles de la Vierge Marie à Saint Dominique et Alain de la Roche

Les prières du rosaire sont à l’origine de nombreux miracles. Par exemple, ces jésuites missionnaires allemands au Japon en 45 qui furent épargnés par le monstrueux bombardement nucléaire américaine sur la ville d’Hiroshima et qui survécurent bien longtemps après l’événement sans aucun symptôme d’irradiation et sans que que leur maison n’aie été soufflée ! (un miracle similaire se produisit à Nagasaki).

A l’heure où tout bascule, il est temps de nous rappeler ses bienfaits !

La peur s’installe dans l’Eglise !

Epidémie de peste noire, XIVé : l’église remplit sa fonction qui est de guérir les corps et les âmes. Pour cela, elle dispose des pouvoirs que lui a légué le Christ : Sacrements, huile sainte, eau bénite, prières. Elle ne faillit pas à sa mission, les curés se rendent au chevet des malades et dispensent les soins nécessaires s’exposant souvent eux-memes à la mort mais gagnant toujours par leur dévotion, et avec l’aide de Dieu, le combat contre celle-ci !…

Epidémie de coronavirus, XXIs : l’Eglise conciliaire, vendue au monde (on participe à l’effort national disent les faux hommes de Dieu !) est prise par la peur, elle adopte des mesures inédites et empêche ainsi toute les grâces de retomber sur les fidèles !

– il faut communier par la main ! (cette forme est pourtant plus dangereuse pour la contagion car moins hygiénique), tous les bénéfices du sacrement sont ainsi invalidés…

« Si le Seigneur ne bâtit la maison, en vain travaillent ceux qui la bâtissent ; Si le Seigneur ne garde pas la cité, en vain la sentinelle veille à ses portes » (Psaume 126, 1-2).

– les bénitiers sont vidés de leur eau ! c’est pourtant par l’eau bénite que Dieu accomplit les miracles ! que vont donc faire tous ces pèlerins à Lourdes !?

– En France les messes dominicales sont suspendues, en Italie du Nord, on demande la fermeture des églises, elles sont pourtant depuis 2000 ans des asiles sûrs ! (cependant, on autorise d’autres rassemblements, ex, match de foot France/Italie, les grands magasins ne baissent pas rideau, les aéroports ne désemplissent pas !). C’est dans ces lieux de recueillement, les églises, que la prière collective a sauvé de nombreuses villes de désastres (sanitaires, guerres…). On leur rend d’ailleurs toujours par des pèlerinages, des hommages et on remercie par des ex-voto, milliers de témoins du miracle accompli !

Le chrétien n’est pas du monde. L’éclairage de la foi n’est pas du même ordre que les engagements dans la cité terrestre. Et cela se traduit par une attitude de distanciation très utile pour éviter les dérives inhérentes à tout pouvoir. F Huguenin

Tout pouvoir vient de Dieu, les hommes combattent et Dieu donne la victoire !

L’abbé Mathieu Raffray le rappelle, à une autre époque, peut-être pas si lointaine et, en tout cas, beaucoup plus noble,on aurait fait célébrer des messes « pro vitanda mortalitate vel tempore pestilentiae », l’évêque serait sorti de sa cathédrale en procession, portant lui-même les reliques du grand saint Éloi et accompagné du chapitre des chanoines au grand complet, d’une foule d’enfants de chœur et de tous les paroissiens réunis, en chantant des cantiques et des psaumes pénitentiels à travers la ville, revêtu d’une chape violette en signe de pénitence, pour demander à Dieu sa miséricorde et sa protection, pour implorer l’aide de la Vierge Marie et de tous les saints protecteurs de ce diocèse fondé au IIIe siècle

Alors, une foule se serait jointe spontanément à la procession et on l’aurait fait durer jusqu’à la nuit, par l’adoration du Saint-Sacrement dans la cathédrale, portes grandes ouvertes, au son du glas et à grand renfort d’encens. Les jeunes eux-mêmes seraient entrés dans l’église incrédules, en ricanant peut-être, et ils en seraient ressortis bouleversés, comprenant que lorsque c’est la vie qui est en jeu, alors on se doit de préparer son éternité, et qu’en ce domaine, les prêtres dont on se moque si souvent peuvent bien être, pour une fois, utiles à quelque chose…

« Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vite et croit en moi ne mourra jamais » (Jean 11, 25-26)

L’église conciliaire a renoncé au combat ! Elle n’est plus fidèle au Christ car elle ne s’oppose plus au monde, elle y fait allégeance !

Carême/Ramadan

On entend souvent dire dans notre société sécularisée, par ignorance crasse en matière de religion, que le carême est le ramadan des chrétiens !

Rappelons ces différences de taille !

Carême : durée 40 jours (avant Pâques) à l’image des 40 jours du Christ passés au désert face au serpent de la tentation.

Aucune obligation pour le chrétien, mais une loi de liberté qui amène le fidèle à renoncer, selon sa conscience, à des formes de confort qu’il aura lui-même définies. Hélie de Saint-Marc « si rien n’est sacrifié, rien n’est obtenu ». Le Carème s’adapte à la situation de chacun. C’est un acte de foi.

Le jeûne se pratique dans le secret « pour que ton jeûne soit connu, non des hommes, mais de ton Père qui est là dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret te le rendra » (Mt 6, 16-18). Il s’agit de vivre comme les pauvres…

Pour le chrétien, les sacrifices, les renoncements sont discrets et joyeux. Il n’y a pas de compensation, le soir venu, aux privations de la journée !

Le carême est une realité spirituelle, un acte d’humilité de âme qui n’empêche nullement le chrétien de vivre sa vie comme si de rien n’était !

Ramadan : un des 5 piliers de l’Islam, une prescription qui émane de Dieu, de durée variable (env 20 j) et dépourvue de toute signification « Mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue pour vous le fil blanc du fil noir, à l’aube. Ensuite, faites jeûne complet jusqu’à la nuit » (Coran 2, 187)

Obéissance totale à Dieu est requise, la communauté des croyants surveille étroitement l’observance des autres membres ! Il faut soumettre à la Loi. Le jeûne diurne complet pouvant occasionner des baisses de l’attention et des risques médicaux accrus pour le croyant, une chute de la productivité pour l’employeur !

Tous le interdits cessent au coucher du soleil et, dans l’ombre, il est alors possible, dans un grand ramdam, de compenser toutes les privations de la journée ! Les agapes sont repoussées à la tombée de la nuit…et tout devient possible !

Aujourd’hui les mosquées sont pleines, le ramadan fait l’objet d’une grande promotion médiatique tandis que les églises se sont vidées et que Carème est évoqué du bout des lèvres.

Cependant monde athée et mercantile redécouvre la mode du jeûne. (une pomme mangée dans le contentement vaut mieux qu’une perdrix dans le tourment A De Montluc 1616). Après la grande bouffe, l’abondance des années 70, la réalité nous ramène à plus de sobriété… le jeûne rétablit l’équilibre, ralentit le rythme, lave des toxines, régénère le corps et l’esprit.

La question reste de savoir si équilibre il peut y avoir sans spiritualité, mais, il se pourrait aussi que ce jeûne version 2.0 soit le moyen que Dieu a trouvé pour nous ramener vers lui !