après la vague virale virtuelle, le flot de licenciements réels !

À cause des choix décisionnaires pour « lutter » contre le coronavirus, Brigestone va licencier en France et les retraites complémentaires des anciens salariés du privé seront gelées au 1er novembre. L’entreprise ne sera pas malheureusement pas la seule à connaitre ce sort puisque derrière ce paravent sanitaire, se cache à peine la volonté de détruire toute l’économie réelle :

Nokia licencie en France après avoir engrangé les subventions (Au moment du rachat d’Alcatel-Lucent, Nokia s’était engagé à conserver 2 500 ingénieurs sur le sol français jusqu’au 1er juin 2020. Douze jours seulement après l’expiration de ce délai, un plan social portant sur 1 233 postes, un tiers des effectifs, était annoncé aux syndicats.)

les vraies victimes du covid

Suite à la mise en veille de toute l’économie, les fermetures d’entreprises se sont multipliées et avec elles, son cortège de chômeurs comme ici à New York où se sont plus de 10 000 personnes par jour qui font la queue devant la soupe populaire comme au temps de la Grande Dépression ….

«Cela me rappelle une image de la Grande Dépression où un homme en costume-cravate donne à un autre homme en costume-cravate une pomme. C’est tout ce qu’il avait», a raconté Pedro Rodriguez de La Jornada au New York Post. «Nous donnons tout ce que nous avons, mais ça ne suffit pas.» Nous sommes submergés par un tsunami de gens ….

Les raisins de la colère risquent de gronder bien plus fort qu’en 1929 tant la casse économique, psychologique et sociale a été puissante…