Ils ont euthanasié Fessenheim

Tout comme ils avaient décidé de mettre à mort Vincent Lambert, au seul motif qu’il était lourdement handicapé, par pure idéologie progressiste, de même, ils ont décidé la fin du fonctionnement d’une centrale nucléaire, joyau de technologie en parfait état de marche, par pure idéologie écologiste… »procédure d’arrêt en douceur » est l’expression consacrée, s’agissant de Vincent comme de Fesenheim !

un long processus de démantèlement !

parce que l’écologie est la bouée de secours du système qui trouve là comment rebondir et se racheter une conduite ! elle est la caution verte d’une societe hyper-individualisée et ultra- libérale, la bonne conscience du bobo hors-sol qui skie sur de la neige hélitreuillée !

La fermeture de cette centrale, est un gâchis humain, financier et économique à la mesure du sabordage en cours de nos richesses nationales dont se rendent complices nos dirigeants- traitres.

Les activistes anti-nucléaires (financés par de grandes fondations, type Soros) minoritaires mais néanmoins très agissants viennent de remporter la partie, bientôt les vegans feront de même, et les LGBTQIA+, et les minorités ethniques…jusqu’à ce qu’il ne reste rien de ce génie français, de son savoir-faire, de son savoir-vivre et que nous nous tiers-mondisions !

Les médias tous convertis à l’intégrisme écologique, applaudissent à cette mort programmée, donnent un point de vue partial, s’accordent avec l’air du temps, celui de l’idéologie dominante ! Ils agitent les peurs irrationnelles, interrogent de pseudo-experts, font leur choux gras de ce fourre-tout qu’on appelle transition écologique et qui génère tant de nouvelles discriminations :

(les véhicules légers portant la vignette Crit’Air 4 ou Crit’Air 5 ne peuvent plus circuler à Paris de 8h à 20h, du lundi au vendredi, avec une interdiction des voitures roulant au diésel en 2024, qui enjoignent donc les voitures les plus anciennes et les plus populaires, de propriétaires banlieusards peu fortunés pour en changer, de ne plus y entrer).

Nous avions le prix de l’électricité le plus bas du monde, l’énergie la moins polluante (france 2eme pays le moins polluant du monde avec 1% de la pollution mondiale et des efforts considérables pour se conformer aux nouvelles normes)…. il faut oublier tout cela, nous préparer à la décroissance, renoncer à notre indépendance énergétique, accepter de voir fleurir partout dans nos campagnes ces horribles éoliennes dont on sait très bien qu’elles ne remplaceront jamais les centrales nucléaires, qu’elles ne sont pas moins polluantes et qu’elles sont subventionnées par les bénéfices réalisés par ces mêmes centrales !

Débrancher les êtres humains, débrancher les centrales, débrancher la France…politiques de mort. Contrairement à ce qu’a prétendu E Zemmour, la France ne s’est pas suicidée, elle est sciemment assassinée !

vent de colère contre les éoliennes : https://enlandegrace.com/2020/01/10/les-eoliennes-nont-plus-le-vent-en-poupe/

Si la paysannerie meurt, la France mourra.

La France est un jardin, c’est le plus beau royaume après celui du ciel disait-on au Moyen-âge. Depuis des siècles, les paysans, fils d’Adam, la dessinent et l’ont faite belle, telle que nous la connaissons aujourd’hui. La France était un pays de paysans (4/5de la pop vivait à la campagne), elle a toujours par ce moyen subvenu à ses besoins.

Mais depuis 2 siècles les théories libérales se sont imposées dans le paysage et le doux commerce a remplacé la douceur de vivre…

En 2020, alors que le salon de l’Agriculture braque le focus sur le monde agricole, l’état des lieux est alarmant, même si la France reste le premier pays agricole de l’UE avec une production de 73 milliards d’euros :

Il reste à peine 450 000 agriculteurs (2,5% de la pop active) et la moitié d’entre eux partira à la retraite d’ici 10 ans (pour une pension de 760 euros en moyenne)

L’excédent agricole tend vers zéro malgré des investissements très lourds dans l’agriculture dite durable.

Le revenu moyen des agriculteurs est 1250 euros/Mois mais 30% n’ont dégagé aucun revenu.

25 000 d’entre eux sont au bord de la faillite. De détresse, 600 se suicident chaque année !

Le monde paysan est stigmatisé (agribashing), nouvelles exigences des consommateurs, actions coup de poing (Vegan)…

Les vols de matériel, d’animaux, les pillages sont devenus un véritable fléau, les agressions physiques se multiplient (15000 en 2019)…

La PAC a versé en 7 ans 9 Milliards à la France sur un budget total de 383 milliards et impose des règlements, des normes onéreuses et drastiques alors qu’une concurrence déloyale est mise en place par les institutions bruxelloises et qu’elle a signé des accords de libre-échange qui mettent en péril tout le secteur ! (l’EU est le tombeau de l’agriculture française)

…. entre le paysan de 1900 passé agriculteur en 1960, puis exploitant agricole et enfin technicien agricole, c’est tout un monde, tout un pays qui a été désorganisé, détruit par la recherche effrénée de profit et la perte de notre souveraineté alimentaire !

Lorsque les paysans labouraient leurs champs, ils veillaient que le sillon soit tracé droit pour joindre l’étoile et tisser le lien entre la terre et le ciel …la route semble perdue !

le film au nom de la terre sur l’histoire récente de la paysannerie : https://enlandegrace.com/2019/12/03/au-nom-de-la-terree-bergeon/

Pourquoi et comment la culture française a été stérilisée.

Christian Combaz a été formé dans les grandes écoles administratives françaises, pourtant c’est un homme enraciné, il n’a pas été formaté et il ne fait pas les mêmes analyses que celles de la bien-pensance, c’est pourquoi le système l’a marginalisé. Ici, dans sa chronique de campagnol, il explique comment la France, inventive, créatrice, qui est tout sauf une nation d’esclaves, s’est laissée crétiniser par les lois du marché et enfermer dans des protocoles stérilisants !

le théorème qui résume le processus :

Quand la somme des efforts nécessaires à faire connaitre une création devient largement supérieure à celle des efforts nécessaires pour créer quelque chose, la création elle-même est compromise. C Combaz

La France de campagnol à la reconquête du pays

Le financement des retraites

Un réforme pour mettre la main sur un paquet « d’oseille » !

E Philippe annonce la tenue d’une conférence sur le financement des retraites pour la fin du mois de janvier !

J’ai bon espoir qu’elle permette de déboucher sur quelque chose d’intelligent et de responsable […] si je commence à évoquer tel ou tel instrument, je réduis à néant l’intérêt de cette conférence ». E Philippe

…Ce qui signifie que pour l’heure personne ne peut garantir l’équilibre financier du futur système !

Le Christ contre les marchands du Temple

La question juive est partie intégrante du développement du capital K Marx

Depuis l’Ancien Testament, les juifs ont noué avec Dieu un contrat commercial. Pour eux, l’argent n’est pas un simple moyen mais une fin en soi. Si le Christ a renversé les tables des changeurs (sans doute la cause principale de sa mise à mort), ce fut pour leur signifier que le véritable royaume ne se situe pas dans les biens matériels et que le salut des hommes ne passera pas l’argent. Mais, ils ne l’entendirent pas ainsi !

« Il est écrit que la maison de mon Père est appelée une maison de prière. Et vous, vous l’avez transformée en un repaire de brigands ! »

Plus tard, au Moyen âge, en Europe, les rois très chrétiens ont voulu dans le sillage du Christ, construire la Paix de Dieu. Aussi ils veillèrent, par tout un tas de règles très strictes (interdiction formelle de spéculer, d’exercer la profession de « banquier »), à empêcher les juifs de subvertir la société avec l’argent et leur ont dévolu la tâche de manipuler ce qui pour un chrétien était devenu sale et indigne.

Mais à la Révolution française, les républicains rompirent toutes ces règles séculaires inspirées par la Bible (remets-nous nos dettes comme nous avons remis à ceux qui nous devaient) et firent sortir les juifs, entre temps devenus spécialistes des affaires financières, du ghetto, ce qui eut pour conséquences de permettre le triomphe inconditionnel de l’argent !

Le Protestantisme qui se déploya contre l’église catholique, à la faveur de la Renaissance, devait reprendre l’éthique juive libérale du rapport à l’argent et la vision messianique de l’Ancien Testament fortement imprégnée chez les anglo-saxons !

Le poisson pourrit toujours par la tête, le capitalisme est une maladie de la tête, aussi, comme l’a prédit Marx, il tombera mais ça ne sera pas pour l’idéal communiste des lendemains qui chantent ! (Marx et Satan)