testament d’un condamné (R Brasillach)

Condamné à mort par l’Epuration pour avoir été trop à droite, l’écrivain Robert Brasillach (1909-1945) auteur des sept couleurs, témoigne de ses regrets et souvenirs dans ces derniers poèmes. Il sera fusillé le 6 février 1945, âgé de 35 ans, après le refus de la grâce présidentielle. Ce poème, testament, est écrit le 22 janvier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s