Jean Etienne Portalis (concordat 1802)

A l’adresse de la République athée :

Je le dis pour le bien de ma patrie, je le dis pour le bonheur des générations présentes et pour celui des générations à venir, le scepticisme outré, l’esprit d’irréligion, transformé en système politique est plus prés de la barbarie qu’on ne le pense. Sachons qu’on afflige jamais plus profondément les hommes que quand on proscrit les objets de leur respect ou de leur article de croyance. 1802

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s