« Michel Ange »(A Konchalovski)

La Renaissance, c’est le ver qui entre dans le fruit…on se sert plutôt qu’on ne sert…Dieu se met au service de l’homme qui peu à peu va s’en détacher et tomber dans toutes sortes de perversions morales …

Michel Ange, c’est l’histoire d’un homme bouffi d’orgueil, prêt à s’asseoir sur ses promesses et à trahir pour son art ceux qu’il avait promis de servir. Une approche des relations professionnelles qui ne restera pas impunie et aura pour lui des conséquences dramatiques. Le film de Kontchalovski se distingue par la primauté accordée à l’homme et à ses tourments au détriment, hélas, de son travail d’artiste, un énième portrait d’artiste maudit, avec tous les clichés inhérents au genre….

À la veille du décès du pape Jules II, Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni se voit contraint par les autorités religieuses de mettre un terme définitif aux travaux de la chapelle Sixtine sur laquelle il travaille depuis quatre ans déjà afin de se consacrer pleinement au tombeau du souverain pontife. Lorsque ce dernier décède, en février 1513, la famille Della Rovere à laquelle il appartenait est en conflit avec les Médicis dont l’un des fils, Jean, est élu pape à son tour et prend la tiare sous le nom de Léon X. Alors que les deux clans s’affrontent politiquement, chacun sollicite Michel-Ange, le premier pour l’astreindre à terminer le tombeau de Jules II, conformément à l’engagement qu’il a pris en 1504, le second pour confier au sculpteur la façade de la basilique San Lorenzo de Florence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s