Frédéric Guillaud

Sous l’emprise de idéologie moderne, l’humanité n’a plus accès à la clé de son existence, et elle erre sans fin perdue entre ciel et terre. Elle oscille entre un orgueil délirant et l’abjuration de toute grandeur. Elle se prend pour Dieu et se trouve ravalée au rang de marchandise. Elle prétend dépasser la nature et finit par imiter les bêtes. Elle proclame sa liberté absolue et se précipite sous le joug de faux dieux tyranniques. Abandonnée à la contemplation de son propre vide, elle est prise de vertige et cherche bientôt le secours dans l’esclavage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s