Joseph de Maistre

Si la mère s’est fait un devoir d’imprimer profondément sur le front de son enfant le caractère divin, on peut être à peu près sûr que la main du vice ne s’effacera jamais entièrement.

ô mon Dieu, je dois tout à ma mère disait st Augustin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s