Jean-Paul II (devant l’ONU 1995)

L’un des plus grands paradoxes de notre temps est que l’homme, qui est entré dans la période que nous appelons celle de la “modernité” par une affirmation confiante de sa “maturité” et de son “autonomie”, approche de la fin du vingtième siècle avec une crainte de lui-même, avec la peur de ce qu’il est lui-même capable de faire, la peur de l’avenir. En réalité, la seconde moitié du vingtième siècle a connu le phénomène sans précédent de l’incertitude de l’humanité face à la possibilité même d’un avenir, en raison de la menace d’une guerre nucléaire. Ce danger, grâce à Dieu, semble s’être éloigné – et il faut fermement écarter, à l’échelle universelle, tout ce qui pourrait le rapprocher ou même le réactiver -, toutefois la peur pour l’avenir et de l’avenir demeure.

Pour que le millénaire désormais imminent puisse voir un nouvel épanouissement de l’esprit humain, grâce à la culture de la liberté, l’humanité doit apprendre à vaincre la peurNous devons apprendre à ne pas avoir peur et retrouver un esprit d’espérance et de confiance. L’espérance n’est pas un optimisme vain, dicté par la confiance naïve en un avenir nécessairement meilleur que le passé. L’espérance et la confiance sont les prémisses d’une activité responsable et trouvent leur source dans le sanctuaire intime de la conscience, où l’homme “est seul avec Dieu” (Const. past. Gaudium et spes, n. 16) et pour cette raison même a l’intuition qu’il n’est pas seul au cœur des énigmes de l’existence, parce que l’amour du Créateur l’accompagne!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s