Pierre Virion

« Non, nous n’avions pas le droit de rompre le pacte conclu avec Dieu ! Les lois et les constitutions promulguées sans Lui depuis la Révolution n’ont aucune valeur contre ce pacte, car les droits du Christ, par bonheur, subsistent toujours. Ce n’est pas ce légalisme païen dont nous périssons, qui peut masquer la criminelle usurpation commise par la Révolution française. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s