Bossuet (1627/1704)

« Quand l’histoire serait inutile aux autres hommes, il faudrait la faire lire aux Princes. Il n’y a pas de meilleur moyen de leur faire découvrir ce que peuvent les passions et les intérêts, le temps et les conjectures, les bons et les mauvais conseils. » Discours sur l’histoire universelle rédigée pour l’instruction du grand Dauphin

Dommage que B Griveaux ne l’aie pas lue, il aurait appris que la force du grand homme, du saint, du héros, du chef est de reconnaitre ses faiblesses et d’être capable de se relever après une chute …

Mais cela se passe dans un monde chrétien où il est du devoir de chacun de rappeler au fautif les vérités élémentaires, de le ramener à une conduite probe et de lui accorder miséricorde et compassion pour avoir eu la faiblesse de céder à ses passions….

En revanche, dans le nouveau monde progressiste et permissif, la vindicte populaire s’abat sur le malheureux et même temps que le mal est banalisé parce qu’il n’est jamais dénoncé comme tel ! ni justice, ni pardon mais totale complicité avec le péché !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s