être réactionnaire dans un monde progressiste.

« N’apprend pas l’histoire, tu deviendrais réactionnaire » Robert de Flers

L’adjectif ou le substantif réactionnaire, désigne, selon le dictionnaire, une politique qui prône un retour à une situation passée, révoquant une série de changements sociètaux, moraux, économiques.

Aujourd’hui, le terme est devenu une insulte, ou du moins un qualificatif péjoratif qui désigne sans discernement, les passéistes, vieux-jeu, ringards et autres défenseurs d’un ordre moral, de la préservation de l’ identité nationale, de l’unité de la nation !

Le catholique est souvent qualifié de réactionnaire car en effet l’Eglise entend conserver intacte la parole que lui a transmise le Christ afin que ne disparaissent pas les notions de bien et de mal ! la vérité étant intemporelle et inculturée, le réactionnaire ne peut que conserver, et se détacher des modes par essence éphémères et changeantes.

Cependant le réactionnaire n’est pas un réfractaire au progrès (Charles Maurras : connaître et comprendre notre passé pour mieux envisager l’avenir ; le présent est un texte, le passé son explication. Cardinal Sarah) mais simplement partisan d’un progrès qui doit faire évoluer l’humanité vers plus de bien en respectant un ordre moral qui doit être organisé selon de les lois éternelles.

Le terme s’oppose à révolutionnaire ou gauchiste, des gens proches des milieux judéo-maçonniques, qui dès 1789 ont voulu tout casser, faire fi de l’histoire, démolir le trône et l’autel au nom de la déesse Raison, abattre l’ordre ancien (ce qu’ils firent de la plus barbare des manières) pour faire un homme nouveau dans une société nouvelle en s’appuyant sur la folle idée des Lumières rousseauistes selon lesquelles l’homme serait bon de nature !

Cette engeance, assise sur les bancs de gauche de l’assemblée nouvellement constituée, est progressiste, elle croit dans les lendemains qui chantent, ne se satisfait jamais de l’instant présent, vit dans le rêve permanent d’une société meilleure… demain ! et pensent que la révolution permanente nous conduira à cet idéal !

Pour cela, elle désigne des ennemis. Son ennemi c’est la réaction (les dissidents selon la terminologie communiste). Ces opposants, ces renégats de l’ordre nouveau, il faut les éliminer socialement, intellectuellement, ou même physiquement ! (pas de liberté pour les ennemis de la liberté Robespierre)

« le progressisme, c’est la foi dans le progrès sans l’esprit critique ni le sens de la tolérance, avec la conviction dogmatique de posséder la vérité et d’être installé dans le bien… Si les réactionnaires n’avaient pas existé, les progressistes les auraient inventés… » (P A Taguieff (les contre révolutionnaire, le progressisme entre illusion et imposture)

Résultats, une France coupée en deux, des hommes qui n’ont plus que des droits et plus de devoirs, un pays qui a renoncé à ses traditions, à ses valeurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s